3

L’importance de l’espace motricité en crèche

Dans la société d’aujourd’hui, le rythme de vie de la plupart des adultes est de plus en plus rapide, de sorte que moins de temps et d’attention sont consacrés aux enfants. Certains parents et experts parentaux se penchent toutefois sur ces derniers, et choisissent de revenir à l’essentiel ; utiliser des pratiques adaptées et spécifiques aux besoins de chacun et de chaque âges. On peut désormais observer les méthodes éducatives dites « douces » qui ont doublé, c’est-à-dire respectant le rythme et les besoins des enfants, comme le portage, la langue des signes pour bébé, la diversification alimentaire menée par l’enfant, l’éducation bienveillante, ou encore la motricité libre.

Nous nous pencherons dans cet article plus particulièrement sur le développement moteur en micro-crèche, via les espace de motricité mis en place de nos micro-crèches Baby Éveil.

 

Le développement moteur de l’enfant de 0 à 4ans :

 

Au cours d’une vie, la période allant de la naissance à l’âge de quatre ans est considérée comme la période de la majeure partie des acquisitions motrices. Par conséquent, il semble important de comprendre l’enchaînement des étapes naturelles du développement moteur de l’enfant durant cette période car il permet un meilleur accompagnement. Bien sûr, l’âge d’apprentissage n’est qu’une référence, car chaque enfant a sa propre vitesse de développement.

Entre la maturation neurologique et les interactions avec le monde extérieur, la première année de vie constitue la plus importante période du développement moteur.

À la naissance, la motricité du bébé est qualifiée de « spontanée » et oscille entre réflexes archaïques et mouvements involontaires. Parmi eux, on observe par exemple le réflexe d’agrippement ou le réflexe de succion. Les réflexes archaïques se modulent au fur et à mesure de la maturation neurologique pour permettre la mise en place de mouvements volontaires. Leur présence est capitale, car elle est la marque d’un bon fonctionnement neurologique.

Le nouveau-né montre d’autre part des mouvements involontaires de la tête, du tronc, des bras et des jambes d’intensité, de force et de vitesse variables. Il s’agit généralement de flexions et d’extensions des membres supérieurs et inférieurs (pédalage), auxquelles s’ajoutent par la suite des mouvements de rotation de la colonne vertébrale.

À partir de l’âge de deux ans, l’enfant est de plus en plus adroit dans sa motricité globale puisqu’il s’est bien approprié son corps et ses compétences motrices. Il a désormais un besoin considérable de bouger et d’enrichir son répertoire moteur, c’est pourquoi il prend de plus en plus d’initiatives motrices. Il s’exerce alors à courir, à sauter sur deux pieds puis sur un pied, à enjamber, à grimper, à danser, à pédaler ou encore à taper dans un ballon. L’enfant cherche également à affiner ses coordinations bi-manuelles en s’entraînant à lancer et attraper un ballon, à découper avec une paire de ciseaux, à enfiler des perles sur un fil, ou encore à s’habiller et se laver seul. Il développe par ailleurs son graphisme en commençant à dessiner des formes géométriques simples et des premiers bonhommes, souvent des « bonhommes têtards ». En sommes, l’enfant de cet âge construit activement son autonomie et développe progressivement sa latéralité fonctionnelle.

 

L’apprentissage et la mémorisation 

 

D’après Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, l’enfant possède entre la naissance et six ans une remarquable capacité d’assimiler, de s’imprégner et d’intérioriser tout ce qu’il l’entoure sans effort et sans en avoir conscience. Elle nomme cela « l’esprit absorbant ». Il s’agit d’un état mental inconscient, lors duquel le cerveau de l’enfant intègre toutes les informations de son environnement de manière instantanée sans opérer de discrimination. L’enfant peut être comparé à une éponge car toutes les expériences qu’il fait sont absorbées, les positives comme les négatives ! Grâce à son esprit absorbant, l’enfant construit progressivement son identité personnelle et apprend à s’adapter à son milieu, son époque, sa culture, ce qui lui permet de s’intégrer socialement et de développer sa confiance en lui.

Cette théorie de l’esprit absorbant a été prouvée depuis par les recherches en neurosciences qui ont démontré le principe de synaptogénèse. On sait désormais que ce phénomène neurologique est très intense entre la première et la troisième année de vie. Le cerveau de l’enfant enregistre alors toutes les données de son milieu sans aucune sélection.

 

Et la motricité libre ?

 

Emmi Pikler considère que l’enfant est un être naturellement compétent, c’est-à-dire qu’il détient toutes les compétences requises en lui, et que par conséquent, son développement moteur se fait naturellement. Cela signifie qu’il passe d’une étape à l’autre lorsqu’il se sent prêt et de la manière qui lui est propre. Emmi Pikler affirme qu’« il est important de respecter toutes les manifestations spontanées du bébé, l’ordre et le rythme de leur apparition, la continuité de ce processus dont le bébé est auteur et acteur parce que l’exercice de chaque pas prépare, sert de fondement au suivant ». Elle insiste donc sur le fait de laisser l’enfant libre de ses mouvements, libre d’avoir des initiatives motrices et exploratoires, mais aussi sur le fait d’avoir confiance en lui et en ses capacités. Cela suggère que l’adulte limite et pense ses interventions auprès de l’enfant.

Pour elle, « la motricité libre consiste à laisser libre cours à tous mouvements spontanés de l’enfant, sans lui enseigner quelque mouvement que ce soit ».

Aussi, il existe selon Maria Montessori des différences inter-individuelles dans le développement dont il faut tenir compte, et qu’il est primordial de respecter et de ne pas juger pour le bien de l’enfant. D’autre part, elle détermine trois besoins fondamentaux chez l’enfant qui sont : la liberté, le mouvement et l’autonomie. Pour elle en effet, celui-ci a besoin d’être libre (de ses mouvements, de ses activités, etc.), de se mouvoir (surtout lors de la période sensible au mouvement) et de faire seul pour se développer harmonieusement.

C’est à partir de ces trois besoins réunis que Maria Montessori définit l’un des grands principes de sa pédagogie, à savoir : la « liberté de mouvement ». En plus des besoins, elle voit le mouvement comme un moyen pour les enfants de se construire et d’apprendre. Elle a également affirmé que « les enfants se construisent dans le mouvement » ou « pour apprendre, les enfants ont besoin de bouger« . Maria Montessori stipule également que ces actions doivent être répétées de nombreuses fois, car pour elle, la répétition est essentielle à l’apprentissage et à la maturité neurologique. Il y a donc, selon elle, une interaction permanente entre la construction du mouvement et la construction de la vie mentale, et il y a une relation directe entre la plasticité du corps et la plasticité du cerveau. .Il s’agit de respecter le mouvement libre et de laisser l’enfant réaliser ses expériences motrices par lui-même autant qu’il le souhaite, car c’est en se bougeant sans restriction qu’il exprime et développe spontanément le potentiel moteur inné présent en lui. Cela est d’autant plus valable lorsque celui-ci se trouve dans la période sensible au mouvement.

 

L’aménagement de l’espace

L’aménagement de l’espace est un paramètre important qu’Emmi Pikler et Maria Montessori ont prit en compte dans leurs études car il permet à l’enfant d’évoluer et de mettre ses intentions en action. Par conséquent, l’espace doit être soigneusement pensé et aménagé pour qu’il se sente le plus à l’aise possible et se déplace librement. Par exemple, un espace trop grand et vide peut provoquer de l’anxiété, tout comme un espace trop étroit et plein peut provoquer une sensation d’étouffement. Dans les deux cas, le mouvement et l’expression de soi sont limités. Il s’agit de trouver un juste milieu. Ainsi, les capacités de mouvement libre reposent sur un espace à la fois rassurant et excitant.

D’une part, tout danger potentiel dans l’espace réservé aux enfants doit être évité afin d’assurer la sécurité des enfants. De cette façon, il peut expérimenter sans retenue, et il n’y a aucun risque de blessure. Il peut aussi rassurer les adultes, leur donnant ainsi plus de liberté de mouvement.

 

Et les animateurs d’éveil dans tout ça ?

 

La motricité libre, comme le laisse entendre son nom, ne se signifie pas laisser l’enfant bouger seul dans son coin ; c’est tout l’inverse ! Il s’agit en fait d’une manière d’être à l’enfant, dont résulte un respect pour sa liberté de mouvement. L’adulte se place comme un observateur attentif et bienveillant présent pour l’enfant, l’accompagnant dans ses actions et les émotions qu’elles suscitent. Pour Emmi Pikler, « il faut savoir, observer, sentir et penser à la place de l’enfant, pouvoir entrer dans son monde, s’identifier à lui ». Grâce à cette attitude, l’adulte est en mesure de mieux comprendre l’enfant dans ses dimensions motrices et émotionnelles et de créer un cadre sécurisant qui lui garantit une sécurité affective, élément-clé de son épanouissement moteur. Cela s’observe, par exemple, très souvent chez les enfants pour qui l’adaptation en crèche est difficile ; tant qu’ils ne sont pas à l’aise et n’ont pas confiance, ils prennent peu d’initiatives motrices.

Cela implique également pour l’adulte d’intervenir à juste mesure, c’est-à-dire ni trop ni trop peu. Il faut effectivement veiller à ne pas freiner l’enfant dans ses prises d’initiatives motrices, mais aussi à pouvoir réagir rapidement s’il a besoin d’être accompagné ou s’il se met en danger. Il s’agit en fait d’accueillir ses expériences motrices en s’y adaptant au maximum. On peut résumer cette idée par la citation de Maria Montessori : « Aide moi à faire seul ! ». Par exemple, il est possible de donner la main à l’enfant ou de placer celle-ci derrière lui pour accompagner un mouvement qui semble difficile. Il est par ailleurs primordial que l’adulte soit capable de gérer ses émotions face à l’enfant. Celui-ci doit notamment faire attention à ne pas communiquer ses peurs et ses angoisses, sous peine d’insécuriser l’enfant voire de le bloquer. Dans le cas où l’enfant a chuté ou va chuter par exemple, il est préférable de rester calme et de le rassurer (par un contact corporel et des mots) plutôt que de paniquer et de l’insécuriser encore plus.

 

En conclusion 

 

Dans la mesure où la période sensible au mouvement prédomine au cours des quatre premières années de l’enfant, il paraît évident et primordial de favoriser la motricité libre durant cette période. Leur association va effectivement être à l’origine d’un développement moteur optimal. La liberté motrice va également offrir de nombreux bénéfices sur le développement psychomoteur du jeune enfant. Elle va notamment lui permettre d’acquérir une autonomie motrice et une connaissance de lui ; de renforcer son estime de soi et sa confiance en soi ; de développer ses capacités sociales et cognitives ; et de devenir ainsi progressivement un être indépendant et épanoui

Vous souhaitez postuler ? C’est par ici… 

Retrouvez plus d’articles pédagogiques et informatifs sur nos micro-crèches sur nos comptes Facebook, Instagram et Linkedin.

 

D'autres articles...

Si aujourd’hui le bien-être et l’épanouissement des enfants sont cruciaux à nos yeux, si nous voulons tant qu’ils évoluent dans la bienveillance …

Au sein de nos micro-crèches, notre pédagogie est inspirée des observations et découvertes de Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne, ainsi que …

La semaine du goût est le deuxième temps fort de l’année dans les micro-crèches Baby Éveil ! Nous retrouvons, pour cette deuxième …

Nous contacter

108
Coccinelles en vadrouilles

En vadrouille ? Et oui, à chaque entrée en crèche, un petit kit de bienvenue est offert aux babies avec un sac à dos coccinelle Coco, notre mascotte, et plein d’autres surprises…

13 550
Repas bio produits localement

Chez Baby Éveil, les produits sont 100% bio et produits localement à Claret (34). Depuis notre ouverture, ce ne sont pas moins de 13 550 repas qui ont été servis à vos babies ! Miam…

81 600
couches économisées

Et oui, grâce à l’utilisation de couches lavables, ce sont plus de 80 000 couches jetables qui ont été économisées dans nos micro-crèches !

Pédagogie Maria Montessori

Faire par lui-même

La pédagogie repose sur l’importance de l’ambiance dans laquelle va évoluer votre enfant. En effet, l’environnement doit lui être entièrement adapté et répondre à son besoin de faire par lui-même.

Développer son potentiel

De même, indépendance et liberté de mouvements dans un environnement ordonné permettent à l’enfant de développer son potentiel. Aussi, acteur de ses apprentissages, il s’autocorrige grâce au contrôle de l’erreur présent dans le matériel. Vie pratique, vie sensorielle, langage et culture sont les domaines autour desquels se déclinent les activités.

Encourager

À travers vos encouragements (justifiés), votre enfant prend conscience de sa valeur et de ses réussites. Les encouragements permettent à l’enfant d’aller de l’avant et de surmonter les difficultés.

Pédagogie Emmi Pikler

Accompagner l’enfant vers son autonomie

Motricité libre et autonomie autonome

En dehors de ses périodes de sommeil, l’enfant est placé dans une situation qui favorise au maximum « son activité auto-induite spontanée ». Libre de ses mouvements, on le laisse faire comme il l’éprouve, comme il le sent, pour qu’il acquière la maîtrise de son corps. Pour un nouveau-né, c’est allongé sur le dos sur un tapis ferme mais confortable. Une position reposante qui lui permet de se mouvoir à son aise, le corps libéré de ses entraves, de toutes tensions inutiles. 

La référence et la sécurité affective

Dans chaque échange, c’est une relation de confiance qui s’installe entre l’adulte et l’enfant. Ce sont d’ailleurs ces temps de soin qui vont lui permettre de connaître et différencier la ou les personnes de référence, qui vont chaque jour lui donner son repas, le coucher pour la sieste, le changer, tout en construisant une relation affective réelle avec eux. On a parfois peur de cet attachement, de cette relation affective essentielle qui se tisse. Mais c’est en adoptant une posture professionnelle solide dans les soins que l’on parvient à éviter l’ultra dépendance. 

BABY ÉVEIL

Lauret / Saint-Mathieu-de-Tréviers

BABY ÉVEIL

Saint-Clément-de-Rivière

BABY ÉVEIL

Saint-Gély-Du-Fesc

BABY ÉVEIL

Montpellier – Près d’Arènes

BABY ÉVEIL

Grabels

BABY ÉVEIL

Castelnau-Le-Lez

BABY ÉVEIL

Jacou (2023)

BABY ÉVEIL

Saint-Brès

BABY ÉVEIL

Juvignac (2023)

BABY ÉVEIL

Montpellier – Parc Montcalm (2023)

15 000
Litres d'eau économisés

Contrairement à des idées reçues la consommation d’eau pour une couche lavable très inférieure à celle consommée par une couche classique : une couche jetable demandera 26 000L d’eau pour sa fabrication alors qu’11 000L servent à confectionner et entretenir une couche lavable.

 

En plus les couches lavables sont aux couleurs de Baby Éveil !